Le livre

( le sommeil et l’agitation )

Restant debout au quotidien,
Toujours figé, voilà le sort
Du livre qui, dans son maintien,
Ressemble à la tombe d’un mort
Qui ne délivrera plus rien ;
Une indifférence l’endort.

En le sortant des étagères
On pourrait voir sur une page
Une foule de caractères
Ensemble traduire un ouvrage,
Eveiller le fond des mystères
En y découvrant chaque image.

Le livre morne, cependant
Paralysé dans son état,
Ne donne que pour cet instant
Sa couverture d’apparat.
Son cœur est-il encor vivant ?
Ferait-il preuve d’un éclat ?

Une lecture ressuscite
Un auteur dans son âme pure
Harmonisant toute une suite ;
Un nouveau monde d’aventure
Apparaît, bavarde, s’agite…
Un livre est une créature !

4 octobre 1974